Leaders Chrétiens Des leaders chrétiens vous partagent leurs découvertes !

Face à la tempête


SEUL MAITRE A BORD… APRES DIEU !

Au cours de notre vie, nous sommes amenés à affronter des situations difficiles qui ressemblent à des tempêtes dont la traversée laisse entrevoir l’éventualité d’issues pénibles, voir dramatiques pour nous. Nous ressentons un peu alors ce que doit ressentir celui qui, étant en mer, voit soudain venir sur lui une énorme tempête capable de faire chavirer son bateau.  Je fais bien sûr ici une analogie avec « le bateau de notre vie ».  Ce bateau dont nous sommes seul capitaine et seul habilité à prendre les décisions susceptibles de lui éviter de couler.

LA FUMEE DU DIABLE

Face à ces tempêtes, il est indispensable de savoir se positionner en Christ afin d’éviter que notre foi soit troublée et que notre vie se complique par des souffrances inutiles.  Mais comment avoir le bon regard? Comment avoir l’approche que Dieu veut que nous ayons, face aux situations difficiles ?  Peut-être vous trouvez-vous en ce moment même au beau milieu d’une effrayante tempête ou s’annonce-t-elle à vous pour les jours à venir,? Si c’est le cas, j’espère que ces quelques lignes vous aideront à lui faire face et à vous positionner de sorte à ce que cette épreuve se transforme pour vous en occasion bénie d’expérimenter la victoire promise par Dieu à tous ses enfants.

Pour commencer : Ne craignez pas ! Car sachez qu’au fil des années et des diverses « tempêtes » qu’il rencontre, tout chrétien né de nouveau finit toujours par découvrir qu’elles ne sont en fait que des écrans de fumées du Diable qui essaie de lui cacher la réalité de la présence de Dieu.  Avec le temps et l’expérience, il lui est de plus en plus aisé de voir au-delà des apparences et de rapidement se ressaisir pour prendre à nouveau position en Christ.  Par contre, il sait désormais qu’il n’est pas toujours facile de s’appuyer sur sa foi. Que la prière et la méditation favorisent la prise de recul nécessaire sur l’évènement, lui permettent de reprendre conscience de qui il est pour Dieu, de sa position en Christ et de ce que cela implique pour lui dans la situation rencontrée.  En activant sa foi, il voit alors cet écran de fumée se dissiper avec son lot d’inquiétude.  Un profond sentiment de reconnaissance pour ce que le Seigneur a fait tout au long de sa vie s’y substitue..  Il expérimente Sa présence et Sa paix avec une foi plus profonde.  Il sait désormais que, quoi qu’il arrive, Dieu continuera toujours de l’entourer de son amour et de sa grâce (Romain 8 : 37-39),

L’INFLUENCE DU MONDE ET DE LA CHAIR

Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux.  C’est vrai !  C’est vrai, mais influencés par l’esprit matérialiste du monde, de nombreux chrétiens peuvent être trompés et mal interpréter cette vérité biblique.  En effet, l’homme occidental, qui dit parfois être issu d’une culture Judéo-Chrétienne, a oublié Dieu depuis bien longtemps pour adopter l’athéisme ou une religion de façade et ainsi se faire Dieu lui-même.  Du coup, il accepte de moins en moins de se soumettre à ses limites humaines.  Il croit pouvoir – et même devoir – totalement contrôler sa destinée pour obtenir ce qu’il désire.  Il en résulte un inconscient collectif marqué d’une conception du bonheur entièrement matérialiste impliquant pour tout un chacun de vivre dans le confort et le bien-être personnel.  Malheureusement, des chrétiens sincères mais peu affermis peuvent être parfois victimes de ce conditionnement et adopter le raisonnement suivant :  « Puisque Dieu m’aime et veut mon bonheur, Il veut forcément que je vive dans le confort et dans le bien-être ».

Or,  outre le fait que le Seigneur Jésus dise dans les Béatitude : Matthieu 5 : 4 « Heureux les affligés », je ne crois pas non plus qu’Etienne, dont il est évident qu’il est mort heureux dans la présence du Seigneur (Actes 7), se soit trouvé dans le confort et dans le bien-être alors qu’il recevait les pierres qui l’ont tué.  De même qu’il est dit de Moïse dans Hébreux 11 : 24 – 25 : « C’est par la foi que, devenu grand, Moïse refusa d’être appelé fils de la fille de Pharaon aimant mieux être maltraité avec le peuple de Dieu que d’avoir la jouissance éphémère du péché. Il estimait en effet que l’opprobre du Christ était une plus grande richesse que les trésors de l’Égypte ; car il regardait plus loin, vers la récompense ».  Citons aussi tous les frères et soeurs dont il est question dans Hébreux 11 : 36-40 : « D’autres éprouvèrent les moqueries et le fouet, bien plus, les chaînes et la prison.  Ils furent lapidés, mis à l’épreuve, sciés, ils furent tués par l’épée, ils allèrent çà et là, vêtus de peaux de brebis et de peaux de chèvres, dénués de tout, opprimés, maltraités – eux dont le monde n’était pas digne ! errant dans les déserts, les montagnes, les cavernes et les antres de la terre ».

Rassurez-vous, tous ces versets n’ont pas pour but de vous convaincre que nous devrions nous efforcer de souffrir  pour parvenir à servir Dieu.  Car Dieu ne nous demande pas d’être masochiste et encore moins de vouloir gagner notre salut par un quelconque mérite que produirait la souffrance.  Le salut s’obtient par grâce, par le seul moyen de la foi, et Dieu nous aime et veut notre bonheur…

LE REGARD SIMPLE DE LA FOI

Dieu veut toujours notre bonheur, mais je suis bien sûr responsable de mes choix à l’intérieur de mes limites humaines.  Mes paroles et mes actes doivent être en accord avec ce que me révèle l’Esprit Saint par la Parole de Dieu.  Pour vivre par la foi, je dois aussi pouvoir accepter de faire une entière confiance à Dieu pour tout ce qui se trouve en dehors de ces mêmes limites. Et cette attitude de foi ne sera possible que si Dieu s’est déjà révélé à moi.  Il me faut avoir été personnellement touché par la profondeur de son amour et ébloui par la puissance qu’Il a déployée en ressuscitant Jésus-Christ;  puissance aussi manifestée en me sauvant, en faisant de moi son enfant et en me donnant la vie éternelle.

Dieu en bon père veut donc le meilleur pour moi et m’éduque pour que je devienne peu à peu conscient de ce qu’est véritablement la vie en Christ. Il m’aide à devenir spirituellement adulte en permettant que je traverse des situations qui éprouveront ma foi et forgeront peu à peu ma personnalité.   Voilà pourquoi, malgré sa toute puissance, Dieu permet que nous passions par toutes sortes de tempêtes au cours de note vie.

FACE AUX DIFFERENTES TEMPETES DE LA VIE

Les situations de « crises »

On peut rencontrer plusieurs types de tempêtes tout au long de notre vie. Certaines nous mettent soudainement  face à des situations de crises exigeant de nous une action rapide pour éviter que le pire ne se produise.  Ce type de tempête peut fondre soudainement sur nous et réussir à nous faire croire qu’elle va facilement nous engloutir comme le ferait une énorme vague.  Mais rassurez-vous,  Jésus est avec vous dans la barque! (Marc 4 : 37 – 41) et même en vous (Galates 2 : 20).  De plus, Dieu vous dit : « Ne crains rien, car je suis avec toi ; Ne promène pas des regards inquiets, car je suis ton Dieu ; Je te fortifie, je viens à ton secours, Je te soutiens de ma droite triomphante » (Esaie : 41.10).

La crainte de l’avenir

D’autres tempêtes prennent plutôt la forme d’un évènement inquiétant que l’on peut anticiper à l’avance et qui chaque jour se rapproche de plus en plus inexorablement de nous.  Mais même si nos sentiments sont parfois difficiles à dépasser, l’exemple vécu par le Seigneur Jésus Lui-même est là pour nous encourager.  Car Lui aussi a craint ce qui l’attendait : « Maintenant mon âme est troublée. Et que dirai-je ?… Père, sauve-moi de cette heure ?… ». Avant de prendre la position de foi qui lui permettrait d’accomplir sa vocation : « Mais c’est pour cela que je suis venu jusqu’à cette heure » (Jean 12 : 27).

L’Esprit souffle où il veut!

Il y a aussi les tempêtes qui sont la conséquence naturelle d’évènements ayant profondément bousculé notre vie.  Cela crée en général des situations de calme plat.  C’est le vide autour de nous et parfois en nous.  Et ce vide peut lui aussi produire une forme de panique, une « tempête spirituelle ».  Ce peut être le cas si nous perdons notre emploi, si nous passons par un douloureux divorce, une faillite ou suite à la perte d’un être cher.  Il n’y a plus le moindre vent dans les voiles pour faire bouger le bateau de notre vie et tout semble s’ être arrêté… pour toujours, mais c’est faux.

Dans la vie, les choses ne se passent pas forcément toujours comme vous le prévoyez.  Mais, ma soeur, mon frère, la véritable vie de foi passe toujours par la pleine acceptation de l’inconnu que Dieu nous propose et c’est aussi ça l’aventure de la foi, car « Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit ; mais tu ne sais d’où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l’Esprit » (Jean 3: 8).

La foi seule permettra à un chrétien d’expérimenter la véritable liberté à laquelle chaque être humain aspire.  Cette attitude intérieure, intime et personnelle, consiste à laisser le Seigneur nous révéler peu à peu qui nous sommes pour Lui et la vocation qui en découlera.  Cette attitude de foi nous permettra, comme le Seigneur Jésus l’a fait, d’accomplir pleinement notre vocation et d’être pour nos frères et soeurs en Christ, notre famille, nos amis, nos collègues de travail, notre pays et même l’humanité,  la personne que Dieu avait prévu que nous soyons avant même le commencement du monde.  C’est à cela qu’aspire tout véritable chrétien né de l’Esprit et c’est à cela que Dieu nous forme au travers de nos « tempêtes », grosses et petites.  Voilà pourquoi Jacques nous exhorte : « Mes frères, considérez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves que vous pouvez rencontrer, sachant que la mise à l’épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience accomplisse une œuvre parfaite, afin que vous soyez parfaits et accomplis, et qu’il ne vous manque rien (Jacques 1 : 2- 4).

Notre premier besoin est donc toujours de réussir à nous repositionner pour retrouver la paix avec Dieu et de le laisser nous aider à discerner les premiers pas qui nous conduiront sur le chemin qu’Il veut que nous prenions.  Car ce n’est pas nous mais Dieu qui crée jour après jour l’histoire de notre vie.  Il crée en nous le vouloir et le faire (Philippiens 2 : 13).  Même si nous faisons des choix, nous n’avons pas le pouvoir de créer les circonstances que nous rencontrerons demain pas plus que nous n’avons celui de décider de la météo qu’il fera.  Mais nos circonstances ne sont jamais le fruit du hasard car Dieu règne. Elles sont dans ses mains et nous savons qu’il s’arrange toujours pour les faire concourir miraculeusement à notre bien (Romains 8 : 28).

En lui obéissant, Dieu peut faire de vous aussi bien un missionnaire partie vivre dans la jungle qu’un homme d’affaires prospère ou tout simplement un homme ou une femme vivant une vie apparemment ordinaire mais remplie de puissance par la présence en vous du Saint Esprit.  Ce qui est certain, c’est qu’en Lui obéissant, vous serez pleinement heureux et libre dans un monde où la majorité des hommes sont esclaves de leur orgueil et de leurs convoitises. Alors, lorsque vous vous trouvez au milieu d’une tempête, rappelez-vous que les choses ne sont pas forcément ce qu’elles semblent être (Ephésiens 6 : 12-18) et que Dieu vous aime et vous aimera toujours.

Pierre Chevalier
En 1985, suite à une profonde crise dans son couple et un divorce, Pierre fait à 35 ans une rencontre avec le Seigneur qui bouleverse sa vie. Il vend son entreprise commerciale créée douze ans plus tôt et part au Canada où il devient, en 1990, consultant, formateur et conférencier chez Harold Taylor Time Consultants Inc., puis responsable Praendex Québec pour le John Watson Group. En 1993, il rentre en France et crée CPC CONSULTANTS, cabinet de conseil et de formation en management. Représentant Praendex France jusqu’en 1996, il conseille, forme et certifie alors des cadres, cadres supérieurs, DRH et dirigeants opérant sur toute l’Europe de l’Ouest au sein de TPE, PME ou Grands Comptes. Spécialisé dans le repositionnement, la dynamisation et l’efficacité de la personne, de l’équipe et de la structure, Pierre organise et anime depuis des stages de formation et fait du consulting en vue de concilier l’efficacité professionnelle et l’équilibre personnel par un management de qualité, pratiqué dans le respect de soi et des autres. Aujourd’hui Pierre vit dans le sud de la France avec son épouse Patricia et sont membres engagés de l’EEL d’Avignon. Depuis peu, Pierre propose des ateliers et des conférences visant à aider les chrétiens à mieux vivre leur foi au travail. Il est aussi l’auteur de : « Pour réussir à réussir… malgré tout ! » ‘’Petit manuel d’aide à la réflexion personnelle’’
http://www.cpc-consultants.com/nos-livres-reussite1-cpc.php