Leaders Chrétiens Des leaders chrétiens vous partagent leurs découvertes !

Ne gâche pas tes épreuves


decembre-ne-gache-pas-tes-epreuves-site

Épreuve…ce n’est pas vraiment un mot plaisant à entendre. Il fait pourtant partie intégrante de notre vie. Ce n’est pas une option que nous pouvons choisir à la naissance. Mais même si nous lui donnons bien souvent un sens négatif, Jacques nous invite à regarder l’épreuve comme un sujet de joie :

Jacques 1.2-4 : « Mes frères, quand vous passez par toutes sortes d’épreuves, considérez-vous comme heureux. Car vous le savez : la mise à l’épreuve de votre foi produit l’endurance. Mais il faut que votre endurance aille jusqu’au bout de ce qu’elle peut faire pour que vous parveniez à l’état d’adultes et soyez pleins de force, des hommes auxquels il ne manque rien. » (Semeur)

Il y donc une perspective divine de l’épreuve qu’il nous faut nous approprier afin de changer notre façon de les aborder et de les vivre. Jacques déclare que nous considérions nos épreuves comme un sujet de joie car c’est une occasion pour nous de développer notre foi. Tel le muscle qui grandit et se fortifie lorsqu’il est soumis à une résistance, notre foi grandit et se fortifie lorsqu’elle est soumise à l’épreuve. Il est donc important de traverser nos épreuves de la bonne façon et de ne pas les gâcher. Car tant qu’à les vivre, que nous les utilisions pour notre croissance et notre maturité spirituelle.

1- Ce n’est pas l’épreuve en elle-même qui nous change

Ce qui fera une différence, quel que soit le type d’épreuve que nous vivons ou que l’on pourrait vivre, ce n’est pas uniquement d’avoir réussis à les traverser, c’est la manière avec laquelle nous les aurons vécus.

Dans une période assez difficile, un soir pendant que je priais, j’ai demandé à Dieu de faire cesser l’épreuve dans laquelle j’étais. Cette situation m’usait et je voulais vraiment passer à autre chose. Dieu m’a alors posé cette question : « Si je te sors de cette épreuve ce soir qu’auras-tu appris et qu’est-ce qui, dans ton attitude, aura changé en bien ? » J’ai réfléchis à la question et j’ai répondu honnêtement : « Je ne sais pas vraiment Seigneur ».

Alors Dieu m’a montré une vision avec un forgeron mettant une barre de fer dans le feu afin d’en faire une épée. Il a attendu que celle-ci soit rouge vive pour ensuite être sorti du feu. Une fois sorti du feu, normalement le fer est frappé afin de prendre la forme souhaitée. Mais le forgeron ne faisait rien. Il regardait la lame qui était rouge vive mais ne faisait rien. Le fer s’est donc refroidit mais au final rien n’avait changé, il avait toujours devant lui une barre de fer rectangulaire. La scène s’est une nouvelle fois rejouée et cette fois, lorsque le forgeron a sorti le fer de l’eau, il s’est mis à la manier et à la frapper afin d’en faire une lame de premier choix. Alors Dieu m’a dit :  » Le feu représente l’épreuve et la barre de fer représente ta vie. Chaque fois que tu traverses une épreuve, quelle que soit son origine, ta vie est plongée dans le feu. Mais ce n’est pas le feu qui va façonner ta vie. Le feu ne change rien, il ne fait que préparer ta vie au changement. C’est ce que tu vas choisir de changer et d’apprendre durant cette épreuve qui va faire en sorte que le fer devienne une épée. C’est un choix. L’épreuve en elle-même n’apporte que l’environnement et un climat favorisant le changement et l’apprentissage. Si je te retire maintenant du feu, tu serais à l’identique qu’avant d’y avoir été plongé. Lorsque vient l’épreuve, ne cherche pas avant tout à t’en défaire, soit plutôt dans une disposition d’apprentissage. Laisse le feu de l’épreuve révéler ce qu’il y a au fond de ton cœur. Vient dans ma présence et reçois renouvellement et révélation afin de devenir à la stature de Christ.

Quand Dieu m’a montré cela j’ai compris une chose importante. Soit on se sert du feu de l’épreuve pour le meilleur, soit on le subit en attendant que celui-ci se finisse. Les origines de l’épreuve peuvent être multiples. Parfois on subit notre environnement, parfois on subit les conséquences de nos choix, parfois des attaques spirituelles…mais en tant que chrétien, Dieu désire que toutes choses concourent à notre bien (Romains 8.28). Est-ce que cela veut dire que toutes ces épreuves viennent de Dieu ? Non. Dieu n’est pas un père fouettard se délectant de notre misère en nous frappant de maux à souhait.

Dieu nous aime parfaitement et il ne faut pas en douter. Son amour va bien au-delà de notre compréhension et de notre logique et une chose est sûre : même si je ne comprends rien à ce qui m’arrive, Dieu m’aime par-dessus tout.

Dieu désire utiliser ce que nous traversons et le renverser à notre bien. Il veut aussi que nous grandissions, jour après jour, en sagesse et en révélation afin que nos choix nous épargnent bien des épreuves dans lesquels nous pourrions nous mettre. Jésus lui-même a connu l’épreuve et la persécution et il nous a promis que cela ferait partie aussi de nos vies. Cependant nous avons aussi la promesse qu’il est avec nous tous les jours jusqu’à la fin du monde. Il vit même en nous. L’épreuve n’est donc pas pour notre perte.

Il faut donc se poser les bonnes questions. Au lieu de : Pourquoi Seigneur ? Quand cela va-t-il cesser ? Qu’ai-je fais pour mériter cela ? Commençons par affirmer l’amour, la fidélité et la puissance de Dieu à notre égard puis posons-nous plutôt ces questions : Quelles attitudes attends-tu de moi Seigneur ? Qu’est-ce que cela fait ressortir de mon cœur ? Comment puis-je te représenter en caractère, en paroles et en actes ?

Le premier but des épreuves est que Christ soit formé en nous. Paul dira : « Mes enfants, pour qui j’éprouve de nouveau les douleurs de l’enfantement, jusqu’à ce que Christ soit formé en vous. » (Galates 3.19)

Vouloir se protéger et être épargné des épreuves c’est vouloir se préserver soi-même. Personne n’aime souffrir. Mais quand nous comprenons la perspective du ciel, nous ne cherchons pas seulement à ne rien subir ou bien à ce que les choses peuvent nous apporter mais comment Christ peut être formé en nous. Chaque promesse nous pousse à dépendre de lui non juste pour vivre le miracle mais pour qu’Il soit formé et glorifié en nous.

2- L’épreuve est l’occasion de révéler Christ.

Lorsque les entreprises mettent au point certains produits, ils se doivent d’en vérifier leur résistance. Pour cela les produits sont soumis volontairement à des tests dont le but est de prouver et de révéler aux autres leur efficacité.

Paul dira : « Mais ce trésor, nous le portons dans les vases faits d’argile que nous sommes, pour que ce soit la puissance extraordinaire de Dieu qui se manifeste, et non notre propre capacité. Ainsi, nous sommes accablés par toutes sortes de détresses et cependant jamais écrasés. Nous sommes désemparés, mais non désespérés, persécutés, mais non abandonnés, terrassés, mais non pas anéantis. (2 Corinthiens 4.7-9)

Notre corps a été fait à partir de la terre, d’où notre fragilité. Mais Dieu a choisi de faire résider en nous le trésor extraordinaire de l’Évangile par Son Esprit. L’épreuve ne doit pas nous faire oublier le trésor que notre vie contient. Nous avons accès à bien plus que ce qui est terrestre et naturel ! Nous avons accès à Son surnaturel. L’épreuve est un excellent moyen de vivre dans le surnaturel, d’aller chercher dans nos ressources spirituelles et non juste humaines. Ne pas gâcher ses épreuves c’est s’approprier la perspective du royaume, la perspective du ciel sur nos vies. Paul dira plus loin que nos afflictions du moment présent produisent un poids éternel de gloire car nous ne regardons pas à ce qui est visible et passager mais à ce qui est invisible et éternel.

Souvent lorsque nous vivons une épreuve nous avons tendance à faire deux choses :

Soit, comme je le disais plus haut, nous avons tendance à prier à fond dans l’unique but de s’en sortir et finalement l’épreuve devient quelque chose que nous subissons jusqu’à ce que nous en soyons délivrés. Soit nous regardons à nous-même et à nos propres capacités. Dans ce cas nous donnons la possibilité à l’accusateur d’infiltrer nos pensées. C’est alors qu’il utilise l’épreuve pour nous accuser de ne pas être assez spirituel, ou bien pour nous pousser à la culpabilité, honte… Il nous fait croire que Dieu ne peut aimer une personne tel que nous et nous convainc que nous n’y arriverons jamais. Il fait tout pour détourner nos regards du trésor que Dieu a mis en nous.

Mais Paul ne met pas l’emphase sur le fait que nous soyons des vases de terre. Il met l’emphase que Dieu nous a choisi pour vivre en nous et que nos regards doivent toujours être fixé, non sur nous même, mais sur Lui et ce qu’Il met à notre disposition. Nous pouvons et devons marcher dans Son surnaturel et refuser tout ce qui ne prend pas sa source en Christ. Refusons le découragement, le doute, le manque de joie, la peur…Nous avons accès à Sa plénitude de joie, de paix et d’amour et l’épreuve doit nous pousser à vivre avec tout ce qu’Il met à notre disposition ! Comme dit Paul, nous sommes accablés par toutes sortes de détresses et cependant jamais écrasés. Nous sommes désemparés, mais non désespérés, persécutés, mais non abandonnés, terrassés, mais non pas anéantis.

Revêtez Christ chaque jour de votre vie et déclarez que vous pouvez tout par celui qui vous fortifie ! (Philippiens 4.13). Le monde n’a pas besoin de notre humanité mais de Christ en nous. Les non chrétiens ne nous reprocherons pas de vivre des épreuves. Eux aussi en traverse. Mais si nous vivons en nous appropriant les réalités invisibles, Christ brillera en nous et ils voudront ce que nous avons.

Sommes-nous prêts à ce que notre vie serve de témoignage vivant pour que Christ puisse refléter Sa gloire à ce monde ? Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas mais qu’il ait la vie éternelle (Jean 3.16). Et, au même titre que Christ nous sommes les fils et les filles du Père et il nous donne à ce monde afin que le monde connaisse Christ et celui qui l’a envoyé. Nous pourrions écrire ce verset de cette façon :

« Car Dieu aime tellement l’humanité qu’il nous donne à ce monde afin qu’en voyant Christ en nous, le monde puisse saisir la vie éternelle. »

Les gens nous regardent et voit notre attitude dans l’épreuve et c’est l’occasion qu’ils y voient Christ en nous et que nous leur donnions de Son eau vive.

2 Corinthiens 1.4 : « Il nous réconforte dans toutes nos détresses afin que nous puissions réconforter ceux qui se trouvent dans la détresse, grâce à l’encouragement que nous recevons nous-mêmes de la part de Dieu. »

Ne gâchons pas nos épreuves afin que Christ se révèle dans nos vies et à travers nos vies !

Benjamin Derand
Prédicateur depuis plus de 15 ans, conférencier, entrepreneur et conseiller en nutrition, Benjamin est actuellement pasteur à l'église Extravagance. Sa vision est d'équiper, encourager et rendre sensible à la voix de Dieu afin que chacun entre dans sa destinée. Il vit à l'île de la Réunion avec Marion, sa femme et leur fille Maïlys.
http://letwordsact.com/