Leaders Chrétiens Des leaders chrétiens vous partagent leurs découvertes !

Comment impliquer les jeunes dans votre église ?


Il me faut l’admettre, je me suis planté en cherchant à faire des trucs avec les jeunes, à faire du cool, du fun, au lieu de leur faire vivre La rencontre. Penser qu’ils sont une composante parmi d’autres dans l’Eglise les met de côté.

Les mettre au centre permet non seulement de les concerner, mais aussi de les mettre au service de tout ce qui les entoure.

La jeunesse au service sait s’adapter à bien des besoins, ils ont encore la souplesse que nous les vieux avons perdu… et puis les jeunes c’est comme les cures : moins on s’en sert, plus on les use !
Pourquoi chercher à “accompagner” des jeunes, mieux vaut se donner à eux dans le Christ. Cela implique des choix forts, de se laisser tout le temps chambouler dans nos projets, de faire nos vies en fonction de cela, et c’est possible. Alors qu’on pense que les jeunes ne sont pas intéressés, ils ont soif, très soif et pas que de bière…

Christ est leur soif, même si parfois ils ne mettent pas de mot ou de NOM dessus. S’ils sentent que leur église est adaptée à leur sensibilité, à leur génération, ils voudront prendre la barre et avancer. C’est pour cela qu’ajuster les moyens, pour repartir dans une louange de qualité (musique de qualité, matériel de pointe, régularité etc..) devient une priorité : fini le pique nique tiré du sac, les salades de riz et les chants vaseux. Les jeunes sont en fait pleins de compétences, de talents que nous pouvons mettre au service en cherchant à ce que chacun trouve à exercer son charisme.

L’attrait des jeunes pour les services d’Eglise passe par la qualité des matériels, des challenges qui leur seront proposés, et la force de la vie dans l’Esprit.

De plus, les jeunes ont besoin d’évoluer dans un environnement convivial, où l’amitié est vraie. Et pour garder un bon équilibre humain et spirituel, aller missionner, boire un pot et regarder un match de foot sont autant de parties à valeur égale quand on est jeune, et même si je n’aime pas le foot, la conversion est aussi possible dans les habitudes. Enfin, si ils ne rencontrent pas leur Sauveur et l’Esprit Saint, s’ils n’expérimentent pas sa puissance agissante pour eux, vaine est notre action.

Si on demande peu au Seigneur pour eux, on verra peu, mais si on demande tout ce qu’Il veut, on n’a pas fini d’en voir, des vertes des pas mûres, mais en tous cas des belles !

Pour réaliser ça, s’investir à fond, et se laisser dépasser très vite la jeunesse n’est pas un hobby, elle implique de s’impliquer dans son leadership, mais aussi de se laisser dépasser à la tête du ministère local pour former et laisser la place à d’autres qu’il faudra pour le coup, accompagner et aider dans leur leadership. Si l’objectif reste de les faire rentrer dans une démarche libre de croissance spirituelle, ils s’accrocheront à la vigne, par ce qu’elle a un fruit irrésistible.

En trois mots, un jeune c’est « une âme, un cerveau, un estomac » : oubliez de nourrir l’un des trois, et on le perd.

Baudouin Ardillier
Baudouin Ardillier est prêtre de l’église d’Avignon, véritable entrepreneur il est a l’origine de nombreux projets d’évangélisation dans le sud. Pour lui les moyens actuels ne peuvent pas être négligés pour annoncer l’évangile c’est pourquoi il propose au église une communication dynamique. Sa mission est aussi d’organiser des événements de jeunesse pour former la nouvelle génération a l’évangélisation.