Leaders Chrétiens Des leaders chrétiens vous partagent leurs découvertes !

6 raisons pour lesquelles les chrétiennes devraient se réunir plus souvent


En vérité, je n’ai jamais aimé les rencontres de femmes dans l’église. J’ai toujours l’impression de me retrouver au XIX siècle dans le Far-West américain, à cette époque où les dames charitables et bien nées prenaient le thé en cousant des vêtements pour les pauvres. Et ce sentiment, je l’avais même quand on se rencontrait dans un Starbucks en centre ville. Nous étions des jeunes filles plutôt que des dames et nous ne cousions, bien sûr, absolument rien. En fait, je ne crois pas que la plupart des jeunes que nous étions aient jamais cousu un bouton de leur vie.

Je dois dire que ma perception a changé. Il y a quelques semaines, je suis allée à la rencontre annuelle des femmes baptistes de France, et j’ai beaucoup aimé. J’ai profité de l’événement pour twitter en direct, et à cette occasion une femme m’a demandé via Twitter pourquoi les femmes devraient se réunir séparément des hommes : après tout, disait-elle, la mixité hommes-femmes n’enrichit-elle pas les échanges ?

En fait, je pense que la question est mal formulée. Les réunions de femmes ne remplacent bien sûr pas les réunions mixtes : elles les enrichissent plutôt. Voici les raisons pour lesquelles je trouve que les femmes chrétiennes non seulement devraient se réunir entre elles, mais encore… le faire plus souvent !

 

  1. La prière commune booste. On lit dans Matthieu 18:19 que la prière de 2 ou 3 chrétiens (ou chrétiennes) a une efficacité particulière. « Si deux d’entre vous, sur la terre, se mettent d’accord pour demander quoi que ce soit, cela leur sera accordé par mon Père qui est aux cieux. ». Et ce que l’on affirme pour la prière vaut aussi pour la louange !
  2. On est une famille. On entend souvent dire que l’on a des frères et des sœurs dans l’église. Mais à quoi cela nous sert-il si on ne les voit jamais, ou si on les voit seulement entre deux portes le dimanche matin à la sortie de l’église ? Une famille saine, dont les membres s’aiment, cherche des occasions – et même des prétextes ! – pour se réunir.
  3. On est une famille… universelle ! Les sœurs et les frères ne sont pas seulement celles et ceux qui fréquentent la même église locale, ni même la même dénomination. La rencontre avec d’autres chrétiens plus traditionnels (si l’on est charismatique) ou plus charismatiques (si on est plutôt « tradi ») élargit notre vision de l’église, qui de toute façon ne finit pas à la porte de notre petite église locale. L’église est vivante et diverse ! Connaissons-nous toute sa richesse ?
  4. Les femmes comprennent mieux les femmes. Il est plus facile d’ouvrir notre cœurs, et en particulier de partager nos soucis et problèmes typiquement féminins, si ce n’est pas sous le regard des hommes. Ensemble, les femmes créent un espace d’intimité propice à la confession et au témoignage. Or, confession et témoignage sont deux clés de la croissance spirituelle.
  5. Les hommes comprennent mieux les hommes. J’ai rencontré pas mal d’hommes, notamment ceux qui viennent d’arriver à l’église, qui expriment leur désir de pouvoir partager leur cheminement seulement avec des hommes, pour les mêmes raisons que les femmes. Malheureusement, ils ne trouvent pas souvent un groupe ou une réunion d’hommes pour combler ce besoin.
  6. Après la séparation, la rencontre joyeuse. La femme qui participe à une rencontre de femmes laisse derrière elle, pour quelques jours, son quotidien. Cette petite séparation fait du bien, parce qu’elle permet de prendre un peu de recul sur sa propre vie : quels sont les points forts de ce que je vis au quotidien ? Quelles sont les choses que je voudrais voir changer ? Ce quotidien, on le retrouvera finalement avec joie, parce que remplie de nouveaux défis. Mais pour vivre cette joie de la rencontre, encore faut-il avoir osé se séparer…
Anna Descos
Anna Descos est une journaliste espagnole qui a travaillé pour des médias locaux (Barcelone) puis pour l' ONG Oxfam (création de contenu web et gestion des réseaux sociaux). Aujourd'hui, elle vit en France et dirige un blog sur le site d'elpais.com