Leaders Chrétiens Des leaders chrétiens vous partagent leurs découvertes !

Pourquoi j’ai voulu implanter une église ?


 On m’a souvent posé cette question : « Pourquoi as-tu voulu implanter une église ? ». Bonne question qui nécessite que l’on s’y penche sérieusement. J’ai rencontré plusieurs personnes qui hésitaient à se lancer dans un projet d’implantation. Voici LA question à laquelle vous devez répondre. Cette question sonde les motivations et vous aidera à faire, ou non, le pas d’une implantation. Avant de poursuivre votre lecture, arrêtez-vous un moment, sortez une feuille, un stylo et répondez à cette question avec honnêteté :

« Pourquoi je veux implanter une église ? »

A mon tour de vous dire ce qui m’a poussé à m’engager dans ce projet un peu fou. J’avais de bonnes motivations. Mais aussi (je dois l’avouer) d’autres raisons moins glorieuses.

 1. Les bonnes motivations

 Ministère.

Ma première motivation est l’appel de Dieu à un ministère.

L’implantation d’église est un ministère. Je suis certain que c’est la volonté de Dieu pour moi. Dieu a fait naître dans mon cœur un attrait puis une passion pour l’implantation d’église. Cette idée était devenue pour moi une évidence, même une obsession. Rien ne pouvait m’en dissuader. Au fil du temps, le Saint-Esprit a développé en moi un « goût » pour ce travail.

Le Seigneur a-t-il déposé en vous un appel à implanter ? Ressentez-vous de l’enthousiasme lorsque vous entendez parler de ce sujet ? Aimez-vous les histoires d’implantation d’église ? Avez-vous l’impression que le Saint-Esprit vous pousse à accomplir cette œuvre ?

Manque.

Ma deuxième motivation est le manque. Une implantation d’église doit répondre à un besoin.

J’aime le « Starbucks ». J’aime l’atmosphère qui y règne. Vous savez, cette ambiance très « friendly ». Les gens y viennent pour travailler dans un cadre détendu, pour lire, pour voir des amis ou écouter de la musique… Je me souviens de cet épisode où j’étais dans un « Starbucks » à Paris. Je regardais les gens avec attention et je me suis dit : « Ca serait génial de faire une église qui touche ces personnes ! » Je ne pensais pas à une catégorie sociale ou culturelle. Je pensais à la ville, à la population urbaine. Ces gens imprégnés d’une pensée postmoderne, ancrés dans une culture mondialisée et vivant en ville. C’est à partir de là que m’est venue l’idée d’une « église missionnaire pour la ville ».

L’implantation doit répondre à un besoin spécifique. Toutes les églises veulent gagner des gens à Jésus, la question est : « Qui voulez-vous atteindre ? ». Et « Comment les atteindre ? » La créativité et le besoin deviennent alors de bons amis.

Mission.

Ma troisième motivation est la mission.

L’esprit missionnaire est de « contextualiser » et d’incarner l’Evangile aux quotidiens auprès des non-croyants. Je crois que l’implantation d’église est le moyen le plus efficace d’atteindre des nouvelles personnes à Jésus et de vivre la mission de Dieu. Le missiologue Ed Stetzer a écrit un excellent bouquin à ce sujet « Viral Churches » (je vous le recommande). Il démontre l’impact extraordinaire des implantations d’église pour toucher de nouvelles personnes. C’est d’ailleurs le modèle des Actes. La stratégie missionnaire de l’apôtre Paul était d’implanter des églises dans les villes où il passait et d’y établir des leaders.

Il doit y avoir une dimension missionnaire dans une implantation d’église. L’esprit missionnaire doit être intentionnel dans une nouvelle église. Tentez de comprendre comment pensent et vivent les gens que vous souhaitez atteindre et implantez une église dans leur contexte.

2. Les « vraies » mauvaises motivations à combattre

 Je le confesse. Je dois régulièrement combattre contre des mauvaises motivations. Vous savez celles dont on ne parle pas. Celles que l’on masque. Je vais vous parler de ce que j’appelle les « vraies » mauvaises motivations qui sont cachées au fond du cœur.

Oui, il peut y avoir de mauvaises raisons pour lesquelles nous implantons une église. Faisons tomber les masques.

Moi.

Je pourrai vous parler de plusieurs mauvaises raisons. Mais je vais faire simple et les résumer en un mot : « MOI ». La frontière est parfois mince entre réussir une implantation d’église pour Dieu et réussir pour moi. Vous allez me dire : Je ne suis pas comme ces « hyper-mégalos » amoureux d’eux-mêmes ! Non, je vous parle de quelque chose de plus insidieux.

Vous savez cette recherche du succès centré sur soi. C’est ce petit désir caché d’être aimé, écouté et admiré pour ce que nous avons réussi à faire. En tant qu’implanteur, c’est quelque chose qu’on ne dit pas ou qu’on ne montre surtout pas, mais qui prend place dans le cœur.

Je dois régulièrement lutter contre cela. Suis-je le seul ?

Tout implanteur a le rêve de voir l’église grandir. C’est normal ! Maintenant, attention de ne pas le vouloir pour la « gloire de mon nom » !

Meilleur.

Voici une autre mauvaise raison d’implanter une église : « Je vais implanter une église différente des autres ! » Comprenez par cela meilleure que les autres.

Je me souviens avoir été repris par mon mentor et ami Oral qui m’a dit un jour : « Tu ne dois pas faire l’église par réaction mais parce que tu as une vision. » Bang ! Il avait vu juste ! Oui parce qu’il y avait un peu de cela dans mes motivations.

Nous n’implantons pas une église pour qu’elle soit meilleure que les autres mais pour accomplir notre part dans la mission de Dieu.

L’esprit de compétition ne doit pas exister parmi nous car nous faisons partie de la même équipe.

Laurent Ruppy
Pasteur de l'Eglise Impulsion. Amoureux de Dieu, de Claire et de la vie.